Théo. – Je me suis efforcé de suivre tes conseils en méditant avec mon amie. Je n’ai pas évoqué la situation, ni même demandé où elle en était avec sa famille. Je me suis contenté de lui proposer un sitting, comme chaque semaine. Cependant je ne peux m’empêcher de me demander si elle a continue de ressentir l’injustice.

L’Ancien. – Le sentiment d’injustice va disparaître. Il peut encore subsister un mouvement d’énergie déséquilibré, qui n’a à présent plus d’impact sur elle, sur sa tendance.

Théo reste pensif quant au travail du formateur, à la fois si simple et si complexe. Il ajoute :
– En fin de compte, on ne maîtrise rien du tout, mais on peut faire beaucoup avec le nettoyage et la transmission.

L’Ancien. – On peut tout faire… avec l’aide et le soutien du Maître.

Théo. – Et surtout son Amour infini. Finalement qu’est-ce que l’injustice ?

L’Ancien. – Ce qui est juste, c’est ce qui est connecté directement à Dieu, et ce qui est injuste, c’est ce qui ne l’est pas.

Théo. – Cela rejoint la définition de la maxime : « Soyez tout à fait simple pour être identique à la Nature. »

L’Ancien. – La vérité, c’est ce qui nous connecte directement au Centre. C’est la verticale dont parlait Babuji dans laquelle il nous exhorte à être Vrai. Quand tu es véridique, tu ne vois plus que Dieu et ses actions.

Théo. – L’injustice, ce serait lorsque le juste, la vérité n’est pas en place ?

L’Ancien. – Nous n’avons pas à nous préoccuper de l’injuste, mais de rétablir le juste en nous, en nous connectant directement à la Source de la Vérité (Sat Pad).

Théo. – C’est le règne de Dieu sur la Terre. « En vérité, je te le dis… »

L’Ancien. – Le Maître vivant est le porteur de la Vérité. C’est pour cela que nous le suivons et que nous écoutons attentivement son enseignement.

Théo. – Plus par le cœur que par l’intellect…

L’Ancien. – Un intellect (buddhi), un mental (manas) connectés et alimentés par le cœur-source.

Théo. – Et un ego (ahankara) subjugué par l’amour… J’aime quand tu considères l’ego comme un enfant, parfois un peu perdu, parfois en colère.

L’Ancien. – La beauté de l’enfant, c’est son innocence. Il répond spontanément à l’amour quand il est présent.

Théophile l’Ancien
Extrait de Dialogues avec Théophile l’Ancien
L’initiation de Théophile le Jeune