Contenu

Communication de cœur à cœur et empathie

Empathie émotionnelle, cinq points du cœur


Retour en haut

Communication de cœur à cœur et empathie

Théo. – J’ai remarqué la manière dont tu menais tes entretiens avec tes patients. Tu donnes toujours l’impression que tu sais tout de la personne et que tu t’intéresses à elle intensément.

L’Ancien. – Lors d’un premier entretien, je ne connais pas la personne…

Théo. – Oui, mais tu l’accueilles comme un vieil ami, comme si vous repreniez une conversation laissée en cours depuis quelques temps. Peux-tu m’expliquer cela ?

L’Ancien. – Quelle version veux-tu, la spirituelle ou la scientifique ?

Théo, avec un sourire malin :
– Un mélange des deux, si tu le veux bien.

L’Ancien. – Je vais m’efforcer de décomposer quelque chose, qui au fil des années est devenu spontané et naturel.

Théo. – Cela évoque le flux des taoïstes. Tu n’y es donc pas arrivé d’emblée ?

L’Ancien. – C’est vrai, le plus grand secret tu le connais déjà.

Théo. – La communication de cœur à cœur bien sûr.

L’Ancien. – Tout est en elle. Le cœur sait. Il est important de le laisser faire.

Théo. – Mais tu as une intention ? Tu induis bien un mouvement ?

L’Ancien. – Je vais te montrer.

Pense à une personne que tu dois rencontrer.

Porte ton attention sur ton cœur. Silence.

Laisse-toi absorber par sa lumière. Silence.

Porte ensuite ta pleine attention sur le cœur de la personne que tu rencontres. Silence.

Ne force rien, laisse la lumière de ton cœur établir la connexion avec la lumière de son cœur. Silence.

Pour établir ce contact intérieur, il faut plus ou moins de temps. Le temps n’est jamais un problème, nous avons tout le temps. En fait nous gagnons du temps en attendant que nos cœurs communiquent par eux-mêmes.

Théo. – Mais je te vois « tout le temps » en train de parler, de plaisanter même !

L’Ancien. – Je suis un extraverti, c’est dans ma nature, mais mon cœur, lui, est en silence, immobile, en révérence. Je fais de l’animation pendant que les cœurs font le vrai travail. Prends l’exemple de Daaji, tout est intériorisé chez lui et cela fait des merveilles.

Théo, taquin :
–  C’est sa nature.

L’Ancien garde le silence, avant de poursuivre :
– Je ne commence aucun soin avant que la connexion de cœur à cœur ne soit établie.
Sache qu’alors, elle l’est pour toujours. Il suffit parfois de la rafraîchir.

Théo. – Comment ?

L’Ancien. – Par l’attention, l’intérêt vrai, l’écoute, un mot… tout ce qui déclenche l’amour et la compassion dont le cœur est porteur. Ainsi la personne se sent acceptée, reconnue, voire comprise.

Théo. – Tu as rafraîchi sa mémoire… c’est très simple !

L’Ancien. – La simplicité provient de l’unité de l’être. L’union…

Théo. – Je t’arrête, tu vas « déraper » et me parler de Dieu, du Divin ?

L’Ancien, goguenard :
– Ah bon ? Il y a autre chose que Dieu ?

Théo réplique :
– Oui, la vie… normale, entre ciel et terre si tu veux. Tu sais ? Les êtres humains… les élections !!!

Les deux amis éclatent de rire, ils se connaissent bien.

Théo. – La clef de l’empathie est donc une grande attention à l’autre ?

L’Ancien. – Oui, mais l’attention va dans les deux sens : les bons profs captent l’attention de leurs élèves. Mon prof de math de terminale était couvert de craie. Il était passionné par son enseignement ; à la deuxième heure de cours notre concentration fléchissait. Alors il la ravivait. Il attirait notre attention en s’asseyant en tailleur sur sa table, en levant les mains vers le ciel, tout en nous parlant. Nous étions comme des souris fascinées par le regard du serpent. Il était passionnant et il obtenait d’excellents résultats avec tous ses élèves.
D’ailleurs les scientifiques décrivent l’empathie comme l’aptitude à se focaliser sur l’autre, ce qui permet de saisir son point de vue, son ressenti. La saisie est non verbale.

Théo. – Y a t-il des formes différentes d’empathie ?

L’Ancien. – Il y en a trois : l’empathie cognitive, l’empathie émotionnelle et celle du cœur que nous avons déjà explorée abondamment. Quand l’empathie est totale, il y a une communion de l’esprit, des émotions et du cœur. Pour l’empathie cognitive, le contact s’établit de cerveau à cerveau. C’est principalement la partie corticale qui répond. Il y a aussi beaucoup de micro-observations, de lecture et d’analyse corporelles qui font se rapprocher tous les éléments récoltés. Ils sont mis en corrélation avec les pensées de la personne présente.

Théo. – On dirait le « mentaliste » d’une série policière télévisée. Il se pose des questions sur le suspect : Que pense-t-il ? Comment pense-t-il ? Quels sont ses motifs? Que veut-il?

L’Ancien approuve :
– En fait son cerveau lui donne directement des réponses. Il y a une synchronie inconsciente au niveau physique et mental. Le mentaliste collecte ces informations : son cerveau droit en fait la synthèse et son cerveau gauche les analyse.

Retour en haut

Empathie émotionnelle, cinq points du cœur

Théo. – Et que dire de l’empathie émotionnelle ?

L’Ancien. – Selon la science, elle serait aussi cérébrale, reliée au système limbique du cerveau.

Théo. – Tu n’as pas l’air entièrement convaincu.

L’Ancien. – En médecine traditionnelle chinoise, j’ai appris que tout notre corps est porteur de l’émotion et que nous communiquons au travers de lui. La recherche scientifique oblige à compartimenter, à sectoriser et c’est bien, mais c’est notre unité qui nous représente réellement.

Théo. – Cela a du sens, ce serait un peu comme nos séquences d’ADN, elles sont partout identiques où que nous les prélevions dans notre corps.

L’Ancien. – La partie contient le tout. C’est la représentation holographique ou la théorie des fractales en mathématique. Nous entrons en résonance avec les émotions de joie ou de peine. Les chinois ont expliqué que les méridiens, les organes et leurs fonctions étaient des antennes. Les méridiens sont organisés en six niveaux de l’extérieur vers l’intérieur et ils captent tout ce qui se passe à l’extérieur (énergies du ciel) et tout ce qui se passe dans l’individu (énergies de la terre). Il y a une circulation générale toutes les vingt minutes, une circulation des énergies circadiennes de deux heures en deux heures (sur 24 heures), une circulation saisonnière et une annuelle etc. Tout l’organisme est quadrillé afin de capter tout changement qui se passerait tant à l’intérieur qu’à l’extérieur afin que l’être et son organisme puissent s’adapter à son environnement.
Ces fonctions nous permettent aussi de détecter la détresse d’une personne, de ressentir sa douleur et éventuellement de compatir.

Théo. – Et de passer à l’action ?

L’Ancien. – C’est là que Shen (le cœur) intervient, pour savoir si c’est judicieux d’agir ou non. Il est notre guide intérieur. Pour cela il doit être libre afin de pouvoir coordonner toutes les informations et les fonctions de l’individu (individu veut dire indivisible).

Théo. – Si je me souviens bien, le deuxième niveau du cœur est lié à l’instinct et à l’intuition.

L’Ancien. – D’où le grand intérêt de la méditation du cœur. Il y a des connexions neuronales entre le cœur et le système limbique, le cœur étant aussi la source originelle de la pensée d’autre part. Il sait.

Théo. – Quand il a été purifié et libéré, bien sûr.

L’Ancien. – Même sans cela, mais l’esprit a du mal à en capter les signaux, sauf en cas de grand danger où il peut y avoir une intervention directe.

Théo. – Comment cela ?

L’Ancien. – Comme lorsque tu conduis sur l’autoroute et que tu écoutes une émission à la radio. Il peut y avoir une interruption de l’émission pour annoncer au conducteur un accident et lui demander d’être vigilant.

Théo, souriant :
– Encore de l’attention !

L’Ancien. – Nous recevons des milliards d’informations à la seconde. Il y a un système de triage puis d’utilisation de l’information.

Théo. – Mais nous n’avons pas toujours le bon logiciel pour le décrypter. Il faut que le commandement soit opérationnel.

L’Ancien. – L’être humain n’est pas encore fini. Il doit travailler à sa propre évolution. Il est beaucoup aidé, voire assisté pour cela, mais rien ne peut lui être imposé, c’est une loi spirituelle absolue.

Cinq éléments

Les cinq éléments.

Théo. – Je me souviens, il s’agit du respect de son fameux libre arbitre, clef de sa créativité divine.
La relation avec les cinq points du cœur me revient. Pour que le cœur soit libre de nous guider, les cinq éléments ( dessin) qui le constituent doivent être débarrassés de toutes leurs complexités. Le point 1, celui de la terre quand il est illuminé nous rend libre de tout désir ; le point 2 celui de l’âme nous donne accès à l’amour et à la paix ; le point 3, celui du feu, donne accès au discernement et à la sagesse ; le point 4 nous libère de la peur, il nous donne la force et le courage de faire face à toute situation, immobile et serein en Soi.

L’Ancien. – Ce qui est intéressant c’est la suite, le point 5 annonce que nous sommes exempts

symbole ésotérique

Le symbole ésotérique.

de toutes les illusions du monde manifesté et que nous avons enfin accès à la dimension du cosmique en nous (deuxième étoile su symbole  ésotérique).Toutes les données universelles sont alors à notre disposition par le point 7 (Chit Lake).

Théo. – Et le point 6 ? Ajna-chakra, tu n’en parles jamais.

L’Ancien. – Tant que les onze cercles de l’ego n’ont pas été franchis, le Maître spirituel ne l’ouvre pas. C’est le point cosmique de la création. Il contient énormément d’énergie. Tant que l’ego n’est pas ajusté cela pourrait être très dangereux pour l’être. Et tant que l’être n’a pas accompli son union avec Dieu (point 10), libérer cette puissante énergie pourrait être préjudiciable.

yatra heartfulness

Les points du yatra spirituel.

Théo. – En bref, tu veux dire que l’on ne confie pas une arme à un enfant.

L’Ancien. – En comparaison l’arme atomique est un jouet. Le Seigneur Krishna y avait un accès total, mais c’était un avatar. Il ne pouvait en faire qu’un bon usage.

Théo. – Je l’imagine dans les mains d’un tyran ; c’est une arme de destruction massive. Notre pauvre ego est comme Iznogoud qui voulait devenir calife à la place du calife.

L’Ancien. – En quelque sorte, mais je préfère les explications lumineuses données par Saint Jean de la Croix dans son ouvrage, La montée du Carmel. Je t’en parlerai plus tard, c’est un sujet passionnant qui touche la bonne utilisation des pouvoirs dont sont dotés certains êtres humains.

Théo est très intéressé par le sujet, mais il sait que l’Ancien attend le moment propice pour lui en parler. Pour refréner son impatience, il plonge avec délice dans les profondeurs de son cœur où il est attendu. La paix règne et se diffuse par vagues tout autour de lui.

A suivre…

Théophile l’Ancien
Extrait de Dialogues avec Théophile l’Ancien
L’initiation de Théophile le Jeune