Théo. – Nombreux sont ceux qui disent travailler sur les chakras ; qu’en penses-tu ?

L’Ancien. – Comme tu as pu le constater, les chakras sont présents sur plusieurs plans. Chaque chakra a une incidence au niveau d’un plexus nerveux qui est lié aux organes, mais il a aussi un impact sur les enveloppes (koshas) de l’énergie, du mental et de l’intellect. Les thérapeutes travaillent sur ces plans, mais ils ont rarement accès à l’atman (l’âme), et au corps causal qui enveloppe l’âme incarnée.

Théo. – Que font-ils alors ?

L’Ancien. – Ils agissent sur tout ce qui est en lien avec la personnalité.

Théo. – Sur les mouvements d’énergie comme en acupuncture ?

L’Ancien. – Tout à fait. Tu sais très bien que lorsque nous travaillons sur l’énergie des méridiens, l’action s’effectue par l’énergie (Qi) tant sur la physiologie que sur les sentiments et les émotions.

Théo. – Qu’en est-il des « merveilleux vaisseaux » (les méridiens extraordinaires en acupuncture) ?

L’Ancien. – Les méridiens sont l’équivalent des nadis dans le Yoga, les principaux canaux sont ida et pingala, mère du Yin et mère du Yang pour les chinois.
Ils sont, de mon point de vue, l’équivalent des chakras. Ils n’ont pas de points à eux. Ils sont dans une autre dimension de l’être et pourtant ils sont considérés comme les nappes phréatiques des énergies de l’être.

Théo. – J’ai lu que dans le yoga traditionnel, on utilise la puissance de la Shakti en partant du chakra basal (muladhara-chakra), en traversant consécutivement les chakras suivants pour aboutir à ajna-chakra et de là au sahasrara-chakra. Ce serait pour les hatha-yogis, la réalisation du Soi, l’étape suprême. Peux-tu m’expliquer comment ils procèdent ?

102-pingala-ida

Ida, pingala, sushumna.

L’Ancien. – Par le pranayama (le souffle), en travaillant sur les deux nadis (méridiens) principaux ida et pingala. Par des respirations alternées de la narine droite liée au soleil et de la narine gauche liée à la lune, ils veulent déclencher la montée de la kundalini par le canal central (sushumna) au travers de tous les chakras. Cela requiert énormément d’énergie. Ce processus peut également se révéler dangereux, aussi doit-il être impérativement dirigé par un maître compétent, capable de rattraper les erreurs et les dérapages. Il y a des accidents qui peuvent altérer la santé, mais surtout la raison. Comme nous, ils veulent impérativement arriver à la réalisation du Soi. Parfois, il faut en payer le prix fort… Dans notre système la transmission (pranahuti) évite tous ces problèmes : l’énergie transmise est sans limites, une force sans force.

Théo. – Certes, mais auparavant nous devons effectuer un nettoyage ou régénération, sous peine de renforcer toute tendance, qu’elle soit positive ou négative. L’avancée de l’âme sur le Chemin nécessite tout de même l’assistance d’un maître.

L’Ancien. – Nous avons tous besoin d’une mère pour naître et nous accompagner dans les premiers moments de notre vie où nous sommes encore bien fragiles. Le Maître est une mère aimante qui offre son aide et sa protection jusqu’à ce que nous devenions autonomes spirituellement.

Théo. – Et nous comment abordons-nous le travail sur les chakras dans notre pratique de formateur ?

L’ancien explique : – Le Sahaj Marg n’utilise pas les chakras traditionnels qui sont situés dans la colonne vertébrale. Nous n’avons pas besoin de la force de la kundalini pour rejoindre l’Ultime, grâce à la transmission, grâce à pranahuti. Nos Maîtres ont décidé que nous éviterions ainsi d’utiliser tous les centres de pouvoir. En tant que formateur tu comprends pourquoi la conscience est nécessaire et l’effacement, dont nous avons parlé en explorant anahata-chakra, indispensable.

Théo. – L’ego pourrait être tenté par les pouvoirs…

– … et ainsi, être entravé dans la réalisation du Soi, poursuit l’Ancien. C’est la réalisation par le pouvoir de l’amour divin qui nous fera franchir aisément tous nos obstacles intérieurs. L’amour, à mes yeux, est la vocation première d’anahata-chakra. Il porte en lui l’immensité de l’univers. Il procure ce sentiment d’infini et d’éternité que tu connais bien désormais.

Théo. – Puisque nous disposons d’un pouvoir infini, pranahuti, nous n’avons besoin de rien d’autre, n’est-ce pas ?

L’Ancien. – Pranahuti est une force sans force qui provient directement de la Source. Elle peut tout faire car elle est neutre.

Théo. – Y a-t-il d’autres ressources, d’autres capacités dans anahata-chakra ?

L’Ancien. – Celle de toucher le cœur des autres et de lui parler. Les mots, le regard deviennent transmission. L’auditoire ainsi touché, semble comprendre au-delà des mots et des idées émises. Quand tu es en présence d’un maître du Sahaj Marg, ton mental se pose tout naturellement, tes sens sont en équilibre, ta conscience semble toucher l’infini.

Théo. – Pourquoi ?

L’Ancien rêveur, se souvient de ces moments bénis auprès de Babuji et de Chariji

Il est dit qu’en présence d’un maître, tu es au Centre, et ton âme est en paix. Pour ma part, je suis en présence du Bien-Aimé et c’est largement suffisant.

Théo. – Et c’est toujours ainsi ?

L’Ancien. – Toujours, si nous sommes disponibles intérieurement, Sa présence rayonnante est … indescriptible et tu voudrais toujours demeurer auprès d’Elle.
Un jour, tu résides en permanence dans la Présence au plus profond de ton être, et le Bien-Aimé est là, pour toujours.

Théo. – Et Babuji ajouterait : « Et c’est là que tout débute… »

L’ancien approuve chaleureusement tandis qu’un silence d’éternité s’installe entre les deux amis. Et si nous allions les rejoindre…

Théophile l’Ancien
Extrait de Dialogues avec Théophile l’Ancien
L’initiation de Théophile le Jeune