– Je pense avoir saisi l’importance de la transmission, celle de la régénération/ nettoyage également, y a-t-il autre chose qui puisse m’aider spirituellement ? interroge Théophile le Jeune.

– Souvent, répond Théophile l’Ancien, le pratiquant reste à la surface du cœur alors qu’il est préconisé d’être au contact de la source de la lumière. Cette lumière est divine. Elle provient du Centre. Je t’invite donc à une pratique intense basée sur le « cœur du cœur », sur l’amour sublime qui en émane. Quand les Maîtres parlent de lumière divine, c’est l’Ultime qu’ils visent, pas moins.

– Je l’ai compris mais en suis-je capable ?

– Oui bien sûr. Pendant les trois méditations d’introduction, le Maître spirituel t’a directement connecté avec la source de l’énergie divine par ce que l’on appelle « pranahuti ». Ce que l’on ignore souvent c’est que le cœur du Guide spirituel sert de transformateur d’énergie pour que la puissance de la transmission soit modulée et adaptée à la capacité de l’aspirant.

– Tu veux dire que l’on reçoit du 220 volts au lieu de 10 000 volts ?

– C’est une image assez juste en effet.

– Pourquoi emploies-tu le mot aspirant ? Que signifie ce terme ?

– Eh bien ! si le pratiquant « n’aspire » pas, s’il n’est pas vraiment demandeur, il restera en surface. Plus il progressera dans les régions symbolisées par les étoiles, plus la connexion sera facile, sa capacité augmentera aussi et la transmission sera d’autant plus puissante.
Il y a aussi une aide puissante et subtile à la fois, il s’agit de la prière. Elle est un outil spirituel important d’une grande efficacité.

– Je ne suis pas très attiré par la prière, j’ai la sensation de quémander. Si, comme tu me l’as dit bien souvent, l’âme choisit sa destinée avant de venir sur Terre, il nous suffit de la suivre. A quoi sert-il de prier ?

– C’est vrai, mais nous laissons nous réellement guider ?
Toutes les prières authentiques nous relient au Divin. Les mots sont inspirés. Ils émanent de plans supérieurs et ils sont porteurs de leurs vibrations. La prière du Sahaj Marg, offerte par Babuji, nous connecte directement au Centre.

– La prière serait comme un interrupteur en quelque sorte, « on/off », intéressant. Pourrais-tu me faire vivre la prière ?

– Si tu veux. Commence par te mettre dans un état méditatif et écoute la prière « par » le cœur.

Théophile le Jeune, sûr de lui, fait un plongeon de haut vol dans son cœur, il est aussitôt happé par la lumière.

L’Ancien commence à lui chuchoter la prière du Sahaj Marg :
– Que ressens-tu ?

– La prière m’a cueilli. De multiples dimensions se sont ouvertes à moi. J’ai eu l’impression de passer en vitesse supra luminique. La suite est indescriptible.

– Nous allons explorer tous les niveaux de la prière.

Théophile l’Ancien énonce les propositions une à une, en laissant un long moment entre chaque ; sa voix sûre et tranquille alterne avec les silences profonds :
– Dis la prière à haute voix afin qu’elle remplisse toute la pièce …

Le jeune homme s’exécute. (Silence.)

– Prie à nouveau mais avec ferveur, comme si les mots devaient s’élever vers le ciel … (Silence.)

– Maintenant dis la intérieurement. Elle remplit tout ton espace intérieur … (Silence.)

– Dis la prière dans ton cœur, laisse la pénétrer dans ses profondeurs … (Silence.)

– Maintenant fais comme si ton cœur la récitait … (Silence.)

– A présent, dis la sans mot. Seule la vibration de la prière demeure … (Silence.)

– Efface cette vibration. Tu es maintenant connecté à l’essence de la prière … (Silence.)

– Efface cette essence. Tu es dans le silence divin …

Les deux amis restèrent un très long moment dans cet état méditatif initié par la prière du cœur.

Théophile l’Ancien
Extrait de Dialogues avec Théophile l’Ancien
L’initiation de Théophile le Jeune