Aujourd’hui, l’Ancien interroge :
– Qu’as tu appris de tes lectures sur l’expérience de mort imminente (EMI) ?

– J’ai découvert qu’il y a différents aspects à envisager, répond Théophile le Jeune.

Sur le plan médical, il est certain qu’il ne s’agit pas d’hallucinations car l’électroencéphalogramme est plat, le cerveau, ne fonctionne pas. Mais ce que je trouve intéressant, c’est que les personnes se « décorporent », se dédoublent et sont capables de décrire non seulement l’opération chirurgicale en cours, mais aussi les échanges entre les médecins et les infirmières. Un patient a même dit, au chirurgien qui l’opérait, que pendant son EMI il avait pu lire sous la table une inscription sur une plaque de métal. Le chirurgien en ignorait l’existence. Il est allé vérifier et a validé le fait. Cela a rassuré la personne qui a conclu que la magnifique lumière qu’il a également perçue, était aussi réelle et non le fruit de son imagination.
Ne pourrions-nous pas faire des voyages astraux, des « décorporations » ce serait amusant ?

– Je le faisais quand j’étais jeune, mais mon Guide spirituel me l’a déconseillé, dit l’Ancien.

– Pourquoi ? s’étonne Théophile le Jeune.

– Il m’a dit que cela pouvait nuire à mon système nerveux. Il est lié au corps astral et risque d’être endommagé, surtout si la « réincorporation » se fait mal. J’ai compris plus tard que le voyage infini devait se faire par l’intérieur, via les dimensions du cœur. Le cœur protège et intègre tous les plans de l’être.

– Toutes les personnes qui ont vécu une EMI ont beaucoup aimé cette expérience. Elle a donné un tout nouveau sens à leur vie. Elles en sont revenues avec un sentiment d’amour et de paix. Comment expliquer ce point commun ?

Les points du cœur.

Les points du cœur.

– Cela veut dire qu’elles ont été en contact avec le point de la lumière de l’âme, celui de la dimension christique (point n°2 de la région du cœur), celui qui permet de ressentir l’amour pour son prochain.
Ces personnes n’ont plus peur de la mort. Elles aiment et respectent la vie intensément. Toute forme de vie est devenue sacrée. Elles ont développé l’empathie, la compassion envers tous les êtres. Il en va de même dans notre démarche spirituelle.
Comme tout événement majeur dans notre vie, une expérience de mort imminente est un choix de l’âme. Elle programme sa destinée avant de s’incarner. Chariji m’a dit un jour que chaque âme a choisi, avant de venir sur Terre, le moment et les circonstances de sa mort. Alors, pourquoi s’inquiéter de notre trépas ? Il est préférable de vivre sans peur et intensément notre vie, en parfaite harmonie avec notre âme.

– C’est cela le libre arbitre ? Il est « pré-natal » alors ?

– Il est aussi post-natal car nous avons toujours des choix déterminants à faire au cours de notre existence.

– Lesquels ?

– Suivre notre âme et sa destiné ou… musarder en route.

– J’ai plutôt l’impression que certains se perdent en route.

– Comme je te l’ai déjà dit, ajoute l’Ancien, ni l’Amour, ni Dieu ne contraignent jamais. Chacun est libre de ses choix mais il doit en assumer les conséquences.
Mais reprenons notre description : après l’expérience et les révélations que procure une EMI, la personne devient souvent paisible. Elle aspire à plus de connaissance, plus de spiritualité. Sa joie de vivre est intense. Elle a reçu un enseignement précieux qui a transformé sa compréhension du sens de l’existence.
Elle a accès à une plus grande sensitivité et parfois aspire au Divin par la prière, la contemplation et la méditation. Elle a eu une vision directe du Divin. De telles personnes ne peuvent plus se contenter de tel ou tel credo. Elles veulent raviver, prolonger leur expérience spirituelle de la lumière ineffable, de la musique des sphères, des couleurs magnifiques. Certaines d’entre elles rencontrent même des entités spirituelles et reçoivent un enseignement. Elles reviennent parfois avec des capacités intuitives et peuvent aussi développer des dons médiumniques.

– Comment est ce possible ? Parfois tout ceci se déroule le temps d’un arrêt cardiaque, cérébral ou juste le temps d’une opération ?

– Elles passent dans une autre dimension temporelle.

– Ah oui, en quelques instants elles revoient toute leur vie se dérouler dans les moindres détails, comme dans un film.

– C’est cela. Il y a abolition du temps mais aussi de l’espace. L’histoire d’Arjuna et du Seigneur Krishna dans le Mahabharata en est l’exemple : en un bref instant, juste avant la bataille, le Seigneur Krishna raconte mais surtout transmet la Bagavad Gîta à son disciple et ami Arjuna.
En un seul et unique instant…

Théophile l’Ancien
Extrait de Dialogues avec Théophile l’Ancien
L’initiation de Théophile le Jeune